Le Cri

 

Sculpture en fil d’aluminium torsadé, sans soudure. 103x103cm

       En référence au tableau D’Edvard Munch de 1893

Il s’agit d’un tableau en 3D traversant une surface plane 2D, mon personnage cherche à s’en évader car il se sent opprimé/limité/oppressé, désireux de s’émanciper de ces barrières, de ces limites qui sont celles du cadre, il ose faire le geste qui est celui d’aller de l’avant.
 Le visage légèrement incliné vers le haut pendant ce long passage très douloureux, espérant, en vain,  un réconfort
 Le cris de Munch est un tableau très intrigant, à la fois fascinant et effrayant voir même psychotique, il interroge  par ses couleurs  ainsi que la mise en scène de ce personnage isolé sur ce pont en train de hurler, pris d’angoisse avec ses mains posées sur ses oreilles, hurle-t-il trop fort ? de douleur ? de folie? se sent’il en sécurité ou opprimé? aimerai t’il s »évader? moi j’ai choisi de le faire sortir du carcan.
La  dimension quasi-monolithique en lui et dû à sa taille imposante ainsi que par l’aspect massif et symétrique. J’ai voulu interpeller en utilisant l’expression de la souffrance,  le visuel constitué de trous ,de creux, de filaments d’aluminium, donne à ce visage décharné,  rongé par le dégoût d’être incompris  les stigmates d’une souffrance psychologique.